Will Smith : le syndrome du lavabo

Pour une foire, c’est une belle. La gifle de Will Smith aux Oscars sera un modèle d’auto-sabotage. Lorsque l’acteur était au sommet de sa carrière, alors qu’il savait qu’il pourrait obtenir un Oscar, il a fait des choses irréparables en se vantant et en insultant le moqueur Chris Rock. C’est un tout autre chemin pour un homme qui se faisait passer pour un mannequin star, un parangon de “coolness” et de maîtrise de soi jusqu’à présent. Il vient de publier son autobiographie “Will” (éditée par Michel Lafont) sous la forme d’un livre de développement personnel où il donne ses conseils pour réussir… ce n’est pas la “méthode Williams” qui devient un sujet brûlant dans le tennis, mais la manière Will Smith a tout gâché. Cette affaire met en lumière une expérience que nous connaissons tous : ces moments de notre vie où nous détruisons sans le savoir les relations amoureuses qui nous tiennent à cœur, les réunions de travail importantes, les examens importants, les vacances tant attendues….comment expliquer ce zèle à tout détruire ? Qu’est-ce qui est dangereux ? Est-ce que ça doit être si grave ? “L’auto-sabotage résulte toujours d’un manque de confiance en soi”, explique la psychanalyste Florence Lauterdoux, auteur de L’Amour, le vrai (dir. Odile Jacob). Avant de nous en rendre compte, nous sentons que nous ne méritons pas ce diplôme, cet amour, cette position. On fait tout pour se détruire. Alors Juliette, l’attachée de presse de 38 ans, s’explique : “J’ai été contactée un jour par une prestigieuse boîte pour être la directrice des relations publiques. A l’époque, j’étais enceinte. Les gens qui m’ont rencontré m’ont dit qu’ils voulaient vraiment être avec moi. Je travaille avec ma situation et ils peuvent attendre. Cependant, j’insiste sur ma grossesse dans les entretiens, me rabaissant et évoquant les difficultés d’être mère au lieu de lui dire mon envie de travailler pour eux. ne me rappelle pas. Fondamentalement, je ne pense pas pouvoir le faire…” Si l’auto-sabotage, lorsqu’il se produit, nous rend tristes et pleins de regrets, cela peut aussi apporter un certain soulagement. “L’autodérision, poursuit Florence Lauterdu, s’est retrouvée incompétente, à poser. Cela lui a causé une grande douleur au cœur, une appréhension anxieuse. Avant les entretiens d’embauche, les rendez-vous amoureux, elle a prévu le pire. Elle a tellement réfléchi qu’elle a fini par en lui faisant peur, quelque chose lui a permis de libérer sa tension intérieure et d’éviter l’anxiété.

LIRE AUSSI >> Comment arrêter de me comparer aux autres ?

C’est une prophétie auto-réalisatrice. “Est-ce ce qui est arrivé à Benjamin Griveaux ? En 2020, le coyote de Macroni veut conquérir la mairie de Paris. Il cherche la pudeur, soigne son image d’homme d’Etat sérieux. Pourtant, il ne trouve rien de mieux que de meilleures choses pour entamer une relation adultère”. avec une belle inconnue qui lui a envoyé ses photos sexuelles. Un geste totalement téméraire à notre époque… comme si Griveaux pensait au fond de lui qu’il n’est vraiment pas digne de la Mairie de Paris ? A-t-il tout fait sans le savoir pour que les choses tournent mal ?” On peut aussi y voir un signe d’orgueil, un homme qui se croit capable de tout et qui prend des risques, Florence Lautrédou Continue. C’est souvent lorsqu’on est sur le point d’atteindre son but qu’on s’autodétruit. Comme si nous ne pouvions pas prendre autant de chance. »

“Quand tu seras à ton apogée, le diable viendra pour toi”

On pense aussi à Zidane et son coup de boule lors de la finale de la Coupe du monde 2006, alors qu’il était au faîte de sa gloire et de son image de Saint-Zizou, ou encore Marine Le Pen et le désastre des deux tours de débats en 2017. Ou Christiane Taubira, qui a saboté sa candidature à la présidentielle en quelques jours en février dernier, notamment dans une interview sur le logement, où elle apparaît à côté d’une plaque et peine à comprendre… Résultat : perte totale de crédibilité ! Comme l’a dit l’acteur Denzel Washington à Will Smith, “Quand tu seras à ton apogée, le diable viendra te chercher.” »

SPA_AP22667278_000006

Mais il y a plus. “On se sabote aussi par fidélité inconsciente à nos parents, à notre environnement d’origine, à certaines valeurs ou postures héritées du passé”, précise Géraldyne Prévot-Gigant, psychothérapeute et auteur de Point d’hypersensibilité (éd. Leduc). Serait-ce le cas de Will Smith ? Bien sûr, il y a une option, il a juste besoin de maintenir sa domination masculine. Mais il a également écrit sur son père violent et alcoolique dans son autobiographie. Un jour, alors qu’il avait neuf ans, il fut terrifié lorsqu’il le vit battre sa mère si violemment qu’il ne put intervenir. Un épisode qu’il n’oubliera jamais. Toute sa vie, il se reprocherait sa lâcheté. “Il est fort possible que dans la gifle de cet épisode, aux Oscars, il se soit senti obligé de venir sauver Jada [son épouse, ndlr] Comme il voulait le faire avec sa mère. À ce moment, quelque chose de complètement enfantin et irrationnel en lui a émergé. Ce n’est plus une star adulte qui est giflée, mais un enfant blessé. »

Cette façon de couper les coins ronds afin de conserver l’image des parents, on la voit souvent. Donc, cet homme constamment fauché, tout comme son père l’a fait avant lui, juste pour ne pas surpasser ses parents bien-aimés. “Dans ces cas-là, en fin de compte, c’est toujours une question de savoir si on se permet d’être heureux ou si on s’en interdit”, souligne Florence Lauterdou. L’auto-saboteur trouve une amère satisfaction dans son geste. Cela renforce son identité. Il s’est dit : “Eh bien, c’est ce que je pense, je ne peux pas le faire, je ne mérite pas tout. Il y a une complaisance morbide : on est toujours fidèle à notre image, dans certains cas, seul le travail sur soi, la thérapie, permettra d’apprendre à s’aimer, de se libérer de l’allégeance toxique du passé, et de se préparer au succès et bonheur.

Mais l’auto-sabotage peut aussi sauver des vies. Parfois, cela peut nous sortir de situations que nous ne supportons plus. Anna, 32 ans, a déclaré : “Je veux passer étudier à Jussieu à Paris. Pour cela, il faut réussir l’examen. Je travaille dur et c’est facile d’écrire. Mais le jour de l’oral, quand je suis arrivée à le site, je ne l’ai pas senti Toute cette nouvelle vie étudiante qui doit tout recommencer… quand je connais toutes les réponses, je détruis mon langage familier sans réfléchir. Je pense que c’est une façon de m’évader, de me libérer de des choses qui ne fonctionnent plus pour moi ” Peur ? Geste de survie dans notre société hyper-contrôlante, nous devons constamment nous assurer, dans la performance, que nous savons ce que nous voulons. Géraldyne Prévot-Gigant précise : “Les gens doivent toujours contrôler leur posture, leur comportement et leur occupation pour rentrer dans la case, les laissant épuisés. Parfois, se saborder est le seul moyen de sortir de ce cube qui vous fait vous sentir à l’étroit. Si Et Will Smith ? Dans son autobiographie, il admet qu’il en a assez de son rôle de star habile et consentant. Il dit qu’il veut “arrêter d’être un lâche”, affronter ses peurs, sauter en parachute, vivre en ermite… La gifle est-elle pour lui un moyen de sortir d’un rôle qui ne lui correspond plus ?

Leave a Comment

%d bloggers like this: