Swiss Life Asset Management – Performance sans précédent sur le marché des obligations à haut rendement dans un contexte de récession possible ! – PATRIMOINE24 – Toute l’actualité de la gestion de patrimoine

Dans un environnement de marché affecté par les risques d’inflation et de récession, la classe d’actifs à haut rendement se distingue par ses fondamentaux solides et ses caractéristiques techniques favorables.

Selon Swiss Life Asset Management, qui a récemment invité ses investisseurs à une présentation sur le crédit, les données économiques indiquent une possible récession technique. Cela s’est conjugué à des pressions inflationnistes persistantes et à une forte hausse des taux d’intérêt entraînée par le resserrement de la banque centrale mené par la Réserve fédérale.

Le scénario macroéconomique de Swiss Life Asset Management table sur une légère récession entre 2023 et 2025. système bancaire. En Europe, on s’attendrait plutôt à une reprise cyclique en 2023 en raison de l’apaisement des problèmes d’approvisionnement, puis le risque de récession augmente car la BCE réagit un peu plus tard que la Fed. Gestion des obligations à haut rendement par Swiss Life Asset Management. Les pressions inflationnistes issues du secteur des matières premières aux États-Unis se sont propagées au secteur des services.

Les écarts sur les obligations à rendement élevé n’ont pas baissé ou la volatilité a grimpé en flèche

Ce choc attendu sur la croissance se fait déjà sentir sur les marchés obligataires, comme en témoigne l’inversion de la courbe des taux souverains sur les obligations américaines à 2 et 10 ans. “C’est un précurseur d’un choc de croissance qui a été observé à la fin des années 1980, 2000, 2006 et 2019” Observez Edward Fall. Contrairement aux précédentes périodes d’inversion, cependant, le segment des obligations à haut rendement a surperformé les obligations de qualité supérieure depuis le début de l’année. Inclut les titres de qualité inférieure, notés « CCC ». Contre toute attente, cette situation est donc inédite. “Cela s’explique non seulement par le fait que le crédit à haut rendement est moins sensible à la hausse des taux d’intérêt que la catégorie investment grade, mais aussi par le sentiment du marché : les investisseurs semblent avoir confiance dans les fondamentaux des entreprises à haut rendement » il ajouta. Toutefois, l’effet de la hausse des taux d’intérêt sur les titres à haut rendement doit être éligible, “Cela affecte principalement la durée la plus longue. Par conséquent, les classes d’actifs doivent être abordées sur la base d’une gestion active de la maturité et du risque de crédit”

A ce stade, l’écartement des spreads de crédit high yield n’annonce pas une récession sévère : depuis 2021, il est passé d’environ 350 bps à un peu plus de 470 bps, et a bondi d’environ 250 bps à 800 bps à la veille de 2006- 2007 Encore une grande dépression1
“Nous notons également que la hausse de la volatilité des actions ces derniers mois n’a pas entraîné de pic de volatilité sur les obligations à haut rendement. L’écartement des spreads se mesure toujours” dit Edward Fall.

émetteur fondamentalement sain

Selon différents critères, les émetteurs d’obligations à haut rendement se distinguent par leurs fondamentaux solides. “Dans l’ensemble, ces entreprises ont été très prudentes pendant la crise du Covid-19. Elles ont significativement réduit leur endettement et amélioré leurs ratios de crédit et sont aujourd’hui plus solides qu’avant la crise sanitaire et à des niveaux historiquement satisfaisants.” Emmanuel Jourdan, analyste crédit chez Swiss Life Asset France, observe.

La pandémie a conduit les dirigeants à adopter une position conservatrice sur la politique financière, leur permettant de disposer d’importants coussins de liquidité à la fin de la crise sanitaire. L’amélioration des ratios d’endettement a affecté toutes les notations, en particulier les émetteurs les moins bien notés, en raison d’une moindre consommation de trésorerie.
Ce cycle de consolidation a permis d’améliorer la couverture des intérêts et de renforcer la confiance des investisseurs dans la solvabilité des émetteurs d’obligations à haut rendement. ” dit Emmanuel Jordan. De plus, en termes de performance, la marge d’EBITDA médiane des émetteurs obligataires à haut rendement est désormais à un niveau record de plus de 16%2qui offre de la flexibilité face aux mouvements inflationnistes qui ont commencé à se faire sentir après la publication en début d’année.

Des rendements et des primes de risque attractifs en Europe

D’un point de vue technique, les rendements des obligations à haut rendement s’avèrent actuellement attractifs sur les marchés européens à près de 7 %. Hors crise du Covid-19, il faut remonter à la crise des dettes souveraines pour retrouver ce niveau. Nous sommes maintenant au-dessus du rendement du début de 2016 lorsque les prix du pétrole sont tombés à 25 $ le baril. “Les rendements et les primes de risque en Europe sont désormais plus élevés en raison de la proximité du conflit russo-ukrainien et de la hausse des prix de l’énergie, ce qui représente un coût énorme pour les émetteurs européens. Au lieu de cela, cela profite au secteur de l’exploration et de la production de pétrole et de gaz de schiste, qui est très important dans le haut rendement américain. A niveau de risque égal, nous apprécions les titres européens notés « B », qui sont plus attractifs que leurs homologues américains, avec une prime supplémentaire de près de 150 points de base, soit le double de l’écart sur les 10 dernières années. .” Comparez Florent Rouget de Conigliano, gérant de portefeuille High Yield chez Swiss Life Asset Managers.

Sur le marché primaire, les émetteurs rechignent à faire appel aux créanciers depuis le début de l’année. Le principal problème au premier semestre a été le niveau le plus bas depuis que la crise de la dette souveraine a éclaté il y a plus de dix ans.
“Le comportement des émetteurs a d’abord été lié à des coûts de refinancement plus élevés suite à la hausse des taux d’intérêt souverains et des primes de risque, mais a également hérité de leur approche prudente pendant la crise sanitaire, les incitant à thésauriser la liquidité” Analyse de Florent Rouget de Conigliano.

En effet, si Moody’s prévoit une légère hausse des taux de défaut aux Etats-Unis et en Europe, de 1,3% et 1,7% en avril 2022 à 3,3% et 2,9% en avril 2023, respectivement, ces niveaux restent contenus3. “En Europe, la politique monétaire de la BCE reste moins stricte que celle de la Réserve fédérale américaine, ce qui écarte a priori tout risque de flambée des taux de défaut, bien loin du scénario de 13% en 2008-2009. Aux Etats-Unis et en Europe, sur la base de la prime de risque actuelle, le marché anticipe une hausse limitée des taux de défaut » Romy Kruger, analyste crédit chez Swiss Life Asset Managers, a confirmé.

Enfin, l’équipe High Yield de Swiss Life Asset Managers France n’a pas prévu de « mur » de maturité à court terme sur le segment High Yield. Car seulement 8% des obligations européennes à haut rendement devront être refinancées d’ici fin 2023, contre moins de 20% d’ici fin 2024. Compte tenu du nombre relativement faible de maturités courtes et moyennes, la hausse des taux de coupon moyens sera progressive, avec une hausse de 1 point des taux de coupon moyens pour les notations ‘BB’ et ‘B’ jusqu’à fin 2025.4

“Tous ces facteurs fondamentaux et techniques sont clairement en faveur de la classe d’actifs, qui offre une assurance de solidité et cache des opportunités d’investissement. Nous pensons qu’il existe désormais un ‘momentum’ favorable pour commencer à construire des positions de crédit à haut rendement” conclut Edouard Faure.

[1] Source : Bloomberg Morgan Stanley Research

[2] Source : Bloomberg Morgan Stanley Research, S&P Capital IQ

[3] Source : Moody’s

[4] Source : JPMorgan Chase

prévenir:

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ces fonds sont investis sur les marchés financiers et il existe un risque de perte en capital. Pour plus d’informations sur les risques et les coûts, veuillez vous référer aux documents réglementaires disponibles sur notre site Internet fr.swisslife-am.com. “Swiss Life Asset Managers” est le nom de marque des activités de gestion de fortune du groupe Swiss Life. Le nom “Swiss Life Asset Managers” et les logos associés sont des marques déposées de Swiss Life Intellectual Property Management Company

Pour accéder au site Internet de Swiss Life Asset Managers, cliquez ici.

Leave a Comment

%d bloggers like this: