récession imminente. Que va-t-il se passer ? Comment affronter la tempête ? – Initiatives

Récession : Le mot dont tout le monde parle, en particulier le mot le plus fréquemment mentionné dans les médias professionnels de l’économie ces jours-ci. S’il s’agit d’un terme qui pourrait effrayer certaines personnes, il n’en reste pas moins que vous pouvez traverser la tempête sans perdre votre chemise.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une récession?

Il existe plusieurs façons de déterminer si une économie est en récession. La plus populaire est une mesure de l’activité économique, qui consiste à vérifier si le produit intérieur brut a diminué pendant plus de deux trimestres consécutifs. Il convient de noter que les récessions entraînent une augmentation du chômage, qui à son tour entraîne une augmentation du chômage. Ces pertes d’emplois se traduisent par une réduction des revenus de la population touchée, ce qui réduit à son tour leurs dépenses. La croissance économique ralentit et peut même devenir négative dans certains cas.

Différentes causes de récession

Lors d’une crise économique, il peut n’y avoir qu’une seule cause ou une combinaison des deux. Ces facteurs entraînent une baisse du PIB. Ces raisons peuvent être strictement économiques, comme la hausse des taux de crédit pour les entreprises cherchant à stimuler leur croissance, ou encore la baisse des cours boursiers.

Les facteurs humains peuvent également entraîner un ralentissement de la croissance économique. C’est le cas d’une guerre commerciale mondiale ou d’une baisse de confiance des consommateurs, qui suspendraient certains types de dépenses dans des circonstances particulières, comme lors d’une pandémie.

Si le gouvernement suspend ou réduit les prestations aux particuliers (entraînant une baisse du revenu disponible et donc du pouvoir d’achat) ou des réductions visant la création d’emplois, comme lors de la construction d’infrastructures routières ou de bâtiments publics.

Enfin, des ruptures soudaines d’approvisionnement de certains produits essentiels ou non de base, telles que des perturbations de la production, peuvent faire monter en flèche les prix en raison de la rareté de ces produits.

Récession ne signifie pas nécessairement dépression

Une dépression est une crise économique très grave qui dure beaucoup plus longtemps qu’une récession. Les récessions durent en moyenne 12 mois, tandis que les dépressions peuvent durer des années. Par exemple, la Grande Dépression de 1929 a duré trois ans et demi, tandis que l’effondrement économique de 2008 a duré 18 mois.

Une récession peut également entraîner une forte baisse des dépenses de consommation, souvent avec des conséquences plus graves qu’en période de récession. Premièrement, le chômage y est plus élevé et la production industrielle a encore ralenti. Il y a aussi beaucoup plus de faillites personnelles et commerciales que pendant les récessions.

Que va-t-il se passer ?

Les crises économiques touchent tout le monde à des degrés divers, riches et pauvres. Certaines personnes qui ont perdu leur emploi à cause du coronavirus peuvent être plus durement touchées car elles sont déjà fragilisées financièrement. D’autres peuvent faire face à une perte de revenus en raison de la réduction des dépenses de consommation. En effet, certaines entreprises du tertiaire ont davantage souffert de la baisse de la consommation. Cela est vrai, entre autres, dans les domaines de la restauration et des loisirs divers (voyages, bars, cinémas, etc.), ainsi que dans le secteur des commodités (comme l’automobile, l’habillement haut de gamme, la joaillerie et autres produits de luxe). Pendant une crise financière, les propriétaires réduisent souvent les coûts de rénovation.

Pour beaucoup d’autres, une récession signifie des difficultés à payer des factures ou à épargner. Certaines personnes devront peut-être s’endetter davantage pour payer les produits de première nécessité. Enfin, une baisse du marché boursier peut affecter vos investissements et entraîner des pertes financières.

Même ainsi, il est important de se rappeler que les récessions sont généralement de courte durée et que l’économie finit toujours par se redresser.

Quelques conseils dans le vent et la pluie

fonds d’urgence

Construire un fonds d’urgence et l’utiliser, plutôt que d’utiliser ces cartes de crédit, est une bonne option pour éviter de s’endetter excessivement, car les cartes de crédit sont souvent à des taux d’intérêt élevés et elles ont le potentiel de vous endetter davantage. C’est une bonne idée de prévoir un fonds d’urgence pour couvrir les dépenses courantes en cas de perte d’emploi ou de dépenses imprévues (panne mécanique, réparations d’urgence, médicaments non couverts par les assurances. Si vous n’avez pas les fonds pour une urgence, c’est le moment de rapidement en construire un.

Créer un budget ou réviser le budget actuel

Si vous établissez déjà un budget, vous faites partie de ces personnes qui planifient à l’avance et c’est tout à votre honneur. Faites un examen approfondi pour voir où va votre argent et mettez de côté une ligne budgétaire d’épargne si vous ne l’avez pas déjà fait. Si vous n’avez pas le budget, il est fortement recommandé d’entreprendre certaines démarches en ce sens, ou si vous ne savez pas par où commencer, plusieurs organismes d’aide aux consommateurs peuvent vous aider en cours de route.

Quelle que soit la catégorie dans laquelle vous appartenez, un budget vous aide non seulement à voir où va votre argent, mais plus important encore, vous permet d’identifier les dépenses qui peuvent être réduites sans causer trop de dégâts. Inutile de préciser qu’il s’agit de dépenses particulièrement réductibles comme les loisirs, les vêtements, les rénovations, les déplacements, les transports, les cadeaux ou quelques petits plaisirs en plus. Vous pourriez être surpris d’apprendre que la quantité de café que vous achetez chaque jour auprès de votre employeur ou d’un distributeur automatique dans un restaurant du coin peut représenter une somme considérable par an. Demain, certaines dépenses dites incompressibles, comme les frais de télécommunications ou d’assurances, qui ne peuvent être totalement éliminées, pourront être renégociées avec votre fournisseur.

gardez votre investissement

Face à la perspective d’une crise économique ou d’une sorte de krach boursier, certains épargnants peuvent vouloir rentabiliser leurs investissements. Cependant, cette stratégie n’est pas recommandée. D’une part, vous risquez de perdre de l’argent en vendant à bas prix. De plus, lorsque le marché se redressera, vous pourriez être agréablement surpris par la reprise du marché et l’augmentation de la valeur de votre portefeuille.

Demandez l’aide d’un conseiller financier

Si vous n’êtes pas à l’aise avec votre situation financière personnelle, n’hésitez pas à demander l’aide d’un conseiller. Qu’il s’agisse d’un organisme d’aide aux consommateurs, d’un conseiller travaillant dans une institution financière ou d’un conseiller travaillant au nom d’un particulier, une aide extérieure peut vous sauver d’une crise financière. Cependant, vous devez prendre le temps de bien choisir cette personne pour éviter qu’une personne mal intentionnée ne vous mette dans une situation financière précaire. Demandez à des parents, des amis ou même des collègues de vous recommander des personnes de confiance avec qui ils font affaire. Enfin, n’hésitez pas à vérifier auprès de l’Autorité des marchés financiers si la personne référée est autorisée à exercer ce type d’activité. après tout. Votre sécurité financière et celle de votre famille sont menacées.

Martin Dallaire, BAA

https://linitiative.ca/recession-a-venir-a-quoi-sattend-comment-crosser-la-tempete/Martin DallaireCanadaRécession : Le mot dont tout le monde parle, et surtout, le mot le plus fréquemment mentionné dans les médias professionnels de l’économie ces jours-ci. Si c’est un terme qui risque d’effrayer certains, il n’en demeure pas moins qu’on peut passer par…

Leave a Comment

%d bloggers like this: