Les taux d’intérêt et les craintes de récession pèsent sur les actions

Claude Chen Zhu

PARIS (Reuters) – Les prévisions de hausse des taux d’intérêt ont été révisées à la hausse, les données sur les prix à la consommation aux États-Unis dépassant les attentes, tandis que l’incertitude politique en Italie, les résultats préliminaires des principales banques américaines et les craintes d’une récession invitaient à la prudence.

Les contrats à terme de New York ont ​​préfiguré l’ouverture de Wall Street, avec le Dow Jones en baisse de 1,38%, le S&P 500 en baisse de 1,24% et le Nasdaq en baisse de 0,88%.

A Paris, le CAC 40 reculait de 1,15% à 5.930,98 vers 11h20 GMT. À Francfort, le Dax a chuté de 1,08 % et à Londres, le FTSE 100 a chuté de 0,86 %. A Milan, le FTSE-MIB a chuté de 2,37% alors que le Mouvement 5 étoiles (M5S) a décidé de ne pas participer au vote de confiance prévu dans la journée, faisant craindre l’effondrement du gouvernement de Mario Draghi.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a baissé de 0,98 %, l’EuroStoxx 50 de la zone euro a baissé de 1,25 % et le Stoxx 600 a baissé de 1,01 %.

La Commission européenne (CE) a abaissé sa prévision de croissance et relevé sa prévision d’inflation, principalement en raison de l’impact de la guerre en Ukraine.

Aux Etats-Unis, les investisseurs attendaient les statistiques des prix à la production à 12h30 GMT, après la hausse plus forte que prévu des prix à la consommation de mercredi en juin. La croissance annuelle en juin devrait largement ralentir à 10,7 % en juin après 10,8 % le mois précédent, mais des surprises sont encore possibles.

Le choc de la forte hausse des prix à la consommation de mercredi (+9,1% en un an, au plus haut depuis 1981) a conduit certains investisseurs à anticiper une hausse de 100 points de base des taux d’intérêt le 27 juillet. Fed, rythme rapide qui pourrait faire basculer l’économie en récession.

“Les craintes de récession restent au centre des préoccupations des investisseurs”, a souligné l’économiste d’ING Bert Colijn, notant que l’écart entre la politique de la Banque centrale européenne (BCE) et celle de la BCE se creuse. points de base la semaine prochaine, et la Fed a relevé le coût du crédit de 150 points de base depuis mars.

Valeurs de Wall Street

JPMorgan Chase a chuté de près de 4% dans les échanges avant commercialisation jeudi après avoir annoncé une baisse de son bénéfice trimestriel, en particulier en raison de l’augmentation des provisions visant à couvrir d’éventuelles pertes liées à des risques de récession accrus.

Les actions de Wells Fargo, Goldman Sachs, Citigroup et Bank of America ont ensuite chuté de 0,6 % à 1,2 %.

Valeurs européennes

En Europe, le secteur des transports et loisirs, qui a chuté de près de 2 % mardi, a été le seul secteur à gagner, en hausse de 0,94 %, tandis que les ressources de base (-2,5 %), affichaient en revanche l’une des plus fortes pertes sur la demande. préoccupations.

Dans les bénéfices des entreprises, Ericsson a chuté de 8%, les marges bénéficiaires du groupe suédois au deuxième trimestre ayant été touchées par la hausse des prix des composants et des coûts logistiques.

A la hausse, Swatch Group (+0,77%) a été soutenu par la confirmation de ses perspectives annuelles, tandis que Swedbank SEB (+0,38%) a profité de bénéfices trimestriels supérieurs aux attentes et que le groupe de mode Hugo Boss (+3,42%) a bénéficié de ses les prévisions de chiffre d’affaires annuel ont augmenté.

la rapidité

Les rendements obligataires européens ont continué d’augmenter, tirés par les données d’inflation aux États-Unis et la perspective d’une hausse des taux de 100 points de base de la part de la Réserve fédérale.

Les marchés monétaires anticipent désormais une hausse de 160 points de base des taux de la BCE d’ici la fin de l’année par rapport aux 137 points de base de mardi, selon les données de Refinitiv.

Le taux obligataire allemand à 10 ans a augmenté d’environ 8 points à 1,228% et le taux à deux ans a augmenté de 13,6 points à 0,581%, au plus haut depuis le 5 juillet.

Les rendements obligataires italiens à 10 ans ont grimpé de 22 points à 3,410%, les rendements obligataires à deux ans ont bondi de 23 points à 1,311%, tandis que les rendements obligataires allemands à 10 ans (écart) ont atteint 220 points mercredi, et mercredi était de 207 points, en réponse à la montée du risque politique à Rome.

Le rendement du Trésor américain à 10 ans a augmenté d’environ 5 points de base à 2,9614 %, tandis que le rendement à deux ans a augmenté de plus de 6 points à 3,2089 %, reflétant une inversion de la courbe qui indique un risque accru d’une récession de deux ans.

Variété

Le dollar a augmenté de 0,74% par rapport à un panier de devises de référence pour atteindre un sommet de près de 20 ans, soutenu par son statut de valeur refuge et les attentes de taux d’intérêt américains plus élevés.

L’USD/JPY a atteint un plus haut en 24 ans au-dessus de 139 yens.

L’EUR/USD est brièvement passé sous la parité mercredi et s’échange désormais à 1,001 (-0,5%).

Pétrole

Les prix du pétrole chutent dans la perspective d’une hausse des taux d’intérêt, ce qui pourrait faire basculer l’économie dans la récession et peser sur la demande.

Le brut Brent a chuté de 2,33 % à 97,25 $ le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a chuté de 2,79 % à 93,61 $.

(Écrit par Claude Chenzhu, édité par Marc Angron)

Leave a Comment

%d bloggers like this: