L’économie française se contracte, une récession se dessine en Europe

Le spectre de la récession plane sur l’économie tricolore. Après un premier semestre décevant, l’activité économique française est passée en territoire de contraction en août. Le PMI des directeurs d’achat, publié le mardi 23 août, est tombé en territoire négatif à 49,8 contre 51,7 en juillet. C’est le point le plus bas depuis un an et demi. Pour rappel, l’activité diminue lorsque l’indice est inférieur à 50 et se développe lorsque l’indice est supérieur à 50. “Une inflation élevée, associée à un rebond de la demande post-pandémique qui s’affaiblit, a conduit les entreprises et les consommateurs à réduire leurs dépenses non essentielles, entraînant la première baisse de la demande de services depuis mars 2021”, L’économiste Joe Hayes a déclaré dans un communiqué.

Avec la rentrée politique qui se profile, le gouvernement devra faire face à une situation économique pire que prévu. Même un 0,5 % meilleur que prévu au deuxième trimestre mettra fin à l’année en péril. En fait, un scénario sombre de coupures de gaz russes pourrait frapper durement l’économie du Vieux Continent. L’indice PMI allemand a atteint son plus bas niveau en près de deux ans à 47,6 en août. L’économie des deux côtés du Rhin se dirigeait droit vers la récession en fin d’année. De plus, un resserrement de la politique monétaire dans la zone euro pourrait brusquement ralentir l’activité économique.

Le grand combat de la BCE contre l’inflation, la nouvelle obsession de Christine Lagarde

L’industrie perd de l’argent

Le moteur de Tricolor Industries est à court de puissance. L’indice manufacturier est tombé à 49 points en août contre 49,5 en juillet. C’est le point le plus bas en 27 mois. Depuis le déclenchement de l’épidémie en mars 2020, l’industrie française rencontre de multiples difficultés. Entre les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la hausse des prix de l’énergie, les pénuries de pièces et les fermetures de frontières, de nombreuses usines ont dû réduire ou même arrêter leur production.

Toutes les industries qui dépendent de l’étranger ont du mal à se procurer des matières premières. De plus, les industriels doivent faire face aux conséquences désastreuses de l’inflation. En fait, la demande dans le secteur manufacturier s’est effondrée au cours des derniers mois. Ce déclin de l’industrie pourrait avoir des répercussions sur de nombreux services.

Certaines activités auparavant exercées dans l’industrie sont aujourd’hui sous-traitées à l’industrie tertiaire. De ce fait, de nombreuses PME et TPE sont encore dépendantes de l’activité industrielle, même si la part de l’industrie dans le PIB s’est fortement réduite. Enfin, même si la dévaluation de l’euro par rapport au dollar rendait l’industrie française compétitive, cette dévaluation renchérissait le coût de certaines importations libellées en dollar. Cela risque de contribuer à l’inflation importée de l’étranger.

L’EUR/USD tombe à son plus bas niveau en 20 ans

résistance de service

Dans les services, l’activité a ralenti à 51 en août contre 53,2 en juillet. C’est le point le plus bas en 16 mois. Malgré ce repli, l’activité dans le secteur des services est restée en territoire positif. Le retour des touristes étrangers a stimulé la demande à Hong Kong et accéléré les exportations de services après une pandémie de deux ans.

Cependant, une baisse de la demande intérieure en 2022 pourrait peser sur la consommation de services d’ici la fin de l’année. Compte tenu du poids du tertiaire dans l’économie tricolore, la croissance devrait s’amorcer à l’automne.

Croissance, inflation : l’OFCE abaisse ses prévisions pour l’économie française

L’inflation toujours sous la menace

L’inflation menace toujours l’activité économique après avoir atteint 6,1 % en juillet. En effet, les Français se serrent la ceinture depuis le début de l’année. Les revenus des emplois dans le secteur privé ont fortement chuté au premier semestre de l’année, selon des statistiques récentes du Département du travail. Cette baisse concerne toutes les catégories professionnelles.

À l’exception du salaire minimum, les salaires ne sont plus liés à l’inflation depuis le début des années 1980 et, par conséquent, le pouvoir d’achat des salariés diminue. L’INSEE prévoit une baisse de 1 % cette année. De son côté, l’OCDE prévoit dans un communiqué que le revenu réel par habitant en France baissera de 1,9 % en 2022. Il s’agit de la plus forte baisse parmi les pays du G7, les sept plus grandes économies du monde.

Les mesures gouvernementales (protection tarifaire, rabais sur l’essence, revalorisation des minima sociaux) ont permis de limiter l’inflation, mais une grande partie de la population active subit de plein fouet les pressions inflationnistes. A la veille de la rentrée, de nombreuses familles doivent faire face à des dépenses incompressibles, notamment fournitures et papeterie.

Rentrée scolaire : L’inflation a des effets dévastateurs sur les budgets des Français, notamment des étudiants

La zone euro dangereusement proche de la récession technique

Dans la zone euro, les indicateurs sont passés un à un au rouge. Après un fort rebond post-pandémique en 2021, la croissance devrait fortement ralentir en 2022. Selon le dernier indice PMI, l’activité économique s’est contractée à 49,2 en août après avoir initialement chuté à 49,9 en juillet. L’économie de la zone euro s’approche d’une récession technique après deux mois consécutifs de baisse. Cette phase est définie comme deux trimestres consécutifs de baisse d’activité. ” Les dernières données PMI mettent en évidence la contraction de l’économie de la zone euro au troisième trimestre 2022 », L’économiste Andrew Harker a déclaré dans un communiqué.

Concernant l’indice des prix à la consommation, les analystes économiques restent préoccupés par l’augmentation de l’union monétaire dans les mois à venir. ” Les chocs d’inflation sont très importants. Le pic d’inflation est peut-être encore devant nous. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) de la zone euro pourrait augmenter de 10 % à l’automne.Une telle inflation peut clairement presser les profits des entreprises, Récemment expliqué un entretien avec l’économiste BNP Paribas Hélène Baudchon Galerie. Géopolitiquement, la guerre en Ukraine continue de déstabiliser toute l’Europe de l’Est. Même si le poids combiné de l’Ukraine et de la Russie dans l’économie mondiale reste limité, une poursuite du conflit pourrait encore faire beaucoup de dégâts.

Rebond inattendu : la France évite pour l’instant le scénario de récession