Le pire cauchemar d’Apple : la récession – Bourse

Au troisième trimestre de son exercice échelonné, Apple a dépassé les attentes. Mais cela ne supprime pas toutes les inquiétudes. Une récession aux États-Unis – le mot dont tout le monde parle en ce moment – et le ralentissement conséquent des dépenses de consommation affecteront bien sûr cette entreprise déjà affaiblie.

Apple a atteint des prix record début janvier avant de perdre 30 % de sa valeur au premier semestre. Elle a depuis récupéré près des deux tiers de ses ventes. Au troisième trimestre de l’exercice échelonné (clos le 25 juin), le chiffre d’affaires (CA) de la société Apple s’est élevé à 82,96 milliards de dollars, en hausse de 1,9 % sur un an et légèrement supérieur aux attentes (82,8 milliards). Au deuxième trimestre, la croissance est restée à 8,6 %. Un dollar plus fort a eu un impact de 3% sur son chiffre d’affaires. Son marché domestique a connu la plus forte croissance à 4,5 %. En Europe, il est de 1,8 %, légèrement inférieur à la moyenne du groupe. En Asie, il est en baisse pure et simple de 1,6 %. De plus, étant donné que…

Apple a atteint des prix record début janvier avant de perdre 30 % de sa valeur au premier semestre. Elle a depuis récupéré près des deux tiers de ses ventes. Au troisième trimestre de l’exercice échelonné (clos le 25 juin), le chiffre d’affaires (CA) de la société Apple s’est élevé à 82,96 milliards de dollars, en hausse de 1,9 % sur un an et légèrement supérieur aux attentes (82,8 milliards). Au deuxième trimestre, la croissance est restée à 8,6 %. Un dollar plus fort a eu un impact de 3% sur son chiffre d’affaires. Son marché domestique a connu la plus forte croissance à 4,5 %. En Europe, il est de 1,8 %, légèrement inférieur à la moyenne du groupe. En Asie, il est en baisse pure et simple de 1,6 %. De plus, compte tenu de la perturbation de la chaîne d’approvisionnement, Apple n’a pas encore reçu tous les composants commandés. En outre, certains types de semi-conducteurs sont épuisés. Incapable de répondre à toutes les commandes, l’entreprise a décidé de donner la priorité aux produits à forte marge. En conséquence, les revenus de l’iPhone ont augmenté de 2,8 % sur l’année pour atteindre 40,67 milliards de dollars (consensus : 38,3 milliards de dollars), soit 49 % des revenus consolidés. L’iPhone 13 se vend toujours bien. Son successeur sera dévoilé en septembre, mais pour la livraison et la disponibilité en magasin de cette version 14, il faut voir comment évolue la situation de pénurie de composants. Cela a fait chuter les ventes de produits Mac de 10,4 % d’une année sur l’autre à 7,38 milliards de dollars. Les iPads ont chuté de 2% et les wearables (Apple Watch, AirPods, HomePod…) de 7,3%. Le casque de réalité mixte (virtuelle et augmentée) ne sera pas disponible avant l’année prochaine – il n’a pas été officiellement annoncé, mais tout le monde sait qu’Apple le conçoit. Les services (App Store, Apple Music, iCloud, etc.) se démarquent en progressant de 12,1 % à 19,6 milliards de dollars, représentant 23,6 % du chiffre d’affaires du Groupe. Mais ils s’en sont bien mieux sortis au deuxième trimestre (+17%) et il y a un an (+27%). Fin juin, 860 millions de personnes dans le monde (en hausse de 23 % en un an) utilisaient au moins un des services payants d’Apple. La société s’attend à ce que la croissance des ventes au quatrième trimestre en cours soit supérieure à celle du troisième trimestre, mais malheureusement, un dollar plus fort continuera de peser sur elle. La marge bénéficiaire brute est restée stable à 43,3 % au troisième trimestre. La marge opérationnelle (EBIT/Ventes) a diminué de 1,8 % à 27,8 % en raison de la hausse des coûts. Le bénéfice net s’élève à 19,44 milliards de dollars (-10,6 % par rapport à l’année précédente). Apple a généré 20,8 milliards de dollars de flux de trésorerie disponibles, totalisant 90,6 milliards de dollars jusqu’à présent cette année. suffisant pour récompenser les actionnaires. Au troisième trimestre, ils ont reçu 28 milliards de dollars en dividendes et en rachats d’actions. Fin juin, Apple disposait encore de 179,3 milliards de dollars de liquidités et d’actifs négociables et de 94,7 milliards de dollars de dette à long terme. Après un gain de 30 % depuis la mi-juin, l’action est à nouveau valorisée avec une prime, se négociant à 27 fois les bénéfices et à plus de 20 fois les estimations de l’EBITDA. Ni la croissance des bénéfices (9%) ni la croissance du chiffre d’affaires (7%) cette année ne peuvent le justifier. L’horrible récession aux États-Unis est sans aucun doute le pire cauchemar d’Apple. Nous ne nous attendons pas à ce que le titre atteigne les sommets du début de l’année de sitôt. Les actionnaires sont gâtés. Astuce : Tenir/Attendre Risque : Modéré Note : 2BP Prix : 167,23 $ Marché : NASDAQ : AAPL USISIN : US0378331005Capit. Marché : 2,691 milliards USD/B 2021 : 30C/B Estimation 2022 : 27Perf. Stages sur 12 mois : +12%Perf. Cours depuis le 01/01 : -8% Rendement du dividende : 0,6%

Leave a Comment

%d bloggers like this: