“La guerre à Taïwan va provoquer une pire récession que le Covid-19”

C’est clair : personne ne s’intéresse à la guerre de Taïwan, sauf peut-être une poignée de militants extrémistes de la CIA, du ministère de la Sécurité d’État (services secrets chinois) et du FSB (ex-KGB). Non seulement parce que ce dernier pourrait déclencher une troisième guerre mondiale, cette fois en réduisant la planète à néant, résolvant ainsi tous les problèmes de l’humanité, mais surtout, à défaut d’y parvenir, il plongera le monde dans un état pire qu’il ne l’était en Déclin 2020.

Cependant, l’économie mondiale ne pourra pas se remettre de ce nouveau choc après que la guerre en Ukraine a entraîné une résurgence de la stagflation (forte inflation et stagnation économique) après avoir déjà été fortement fragilisée par la pandémie. Et ce, d’autant plus que les Etats-Unis et la zone euro sont en récession pour la première fois et en récession pour la deuxième fois, ils ont épuisé toutes leurs cartouches de politique budgétaire et monétaire. Autrement dit, ils ne pourront pas redémarrer la machine si une nouvelle crise survient.

A lire aussi

La Chine déploie des dizaines d’avions de combat près de Taïwan

Face à ce nouvel « enfer » qui risque d’émerger d’un conflit à Taïwan, certains pourraient y voir une excellente opportunité pour la Chine d’émerger à terme comme première puissance mondiale, car contrairement aux États-Unis et à l’Union monétaire européenne, l’Empire du Milieu a encore beaucoup à offrir, une grande marge de manœuvre pour soutenir son économie, notamment ses énormes réserves de devises et d’or.

Cependant, la Chine n’est pas prête à relever ce nouveau défi. Bien sûr, il était déjà grand gagnant de la dernière crise, qu’il s’agisse de la pandémie de coronavirus, de la guerre en Ukraine ou de la flambée d’inflation. Or, d’un point de vue économique et financier, pour être la première puissance mondiale, il ne suffit pas d’avoir un PIB supérieur à celui des États-Unis, ce qui est déjà le cas si l’on mesure le PIB de la Chine. USD (c’est-à-dire en isolant la différence de pouvoir d’achat entre les États-Unis et la Chine) et sera bientôt libellé en USD courant.

En effet, pour aller plus loin et devenir de véritables “maîtres du monde”, les Chinois ont besoin d’une monnaie capable de concurrencer le dollar américain et de le remplacer dans le système monétaire international. Cependant, cette possibilité reste impossible tant que l’espace financier chinois est fermé, et donc que le RMB n’est pas une monnaie internationale. Autrement dit, les Chinois ne sont pas encore “sophistiqués” économiquement et financièrement. Pour l’instant, ils n’ont aucun intérêt à lancer le jeu, car cela supposerait de créer un yuan fort qui pourrait faire dérailler leur croissance.

Ils ne commettent donc pas les mêmes erreurs que les Japonais, qui ont décidé d’apprécier fortement le yen à la fin des années 1980 et au début des années 1990, passant de 200 yens à 80 yens pour un dollar en quelques trimestres. Cette erreur stratégique leur a été fatale, car ce yen surévalué a simplement fait éclater toutes les bulles financières du Japon et plongé l’archipel nippon dans la déflation, qui n’est pas tout à fait terminée aujourd’hui .

A lire aussi

La Chine pourrait s’inspirer de la Russie pour envahir Taïwan

Il est important de souligner qu’à l’échelle d’un pays, comme à l’échelle d’une entreprise ou d’un individu, un mauvais choix peut être très coûteux et chronophage. Surtout pragmatiques, les Chinois ne vont pas combattre les US et le dollar sans une bonne chance.

N’oublions pas non plus qu’avec 3 000 milliards de dollars de réserves de change et environ 1 000 milliards de dollars de bons du Trésor américain, une forte baisse du dollar américain serait un désastre pour la valorisation des actifs chinois libellés dans cette devise. Une guerre avec Taïwan aurait le même effet et priverait les Chinois de leurs deux réserves de sécurité libellées en dollars (réserves de change et bons du Trésor américain). N’oubliez pas non plus que l’Oncle Sam est le plus grand partenaire commercial de la Chine, représentant près de 18 % des exportations chinoises. Pendant ce temps, 19% des importations américaines proviennent de Chine. En d’autres termes, si le commerce bilatéral entre les États-Unis et la Chine est interrompu, les deux pays connaîtront une récession profonde et persistante.

C’est pourquoi, malgré l’opposition apparente, Américains et Chinois feront tout pour que rien ne change, notamment pour éviter la guerre à Taïwan. Du moins à court terme. Car, avouons-le, la Chine entend devenir la première puissance économique mondiale et faire du renminbi une monnaie de référence internationale. Mais seulement si son économie est suffisamment forte pour soutenir une monnaie durablement forte. Elle ouvrira alors ses marchés financiers, permettra au yuan de s’apprécier fortement et pourrait obliger les pays de l’OPEP et leurs partenaires commerciaux à libeller leurs transactions commerciales en yuan.

A lire aussi

Utilisant des exercices militaires comme couverture, la Chine se prépare à envahir Taïwan par la foudre en 2025

Cette perspective ne se réalisera certainement pas dans 15 ans. Mais si cela se produit, les États-Unis seront une « nation émergente » fortement endettée, incapable de faire fonctionner la « machine à imprimer de l’argent » à volonté et incapable de financer les déficits en raison de l’hégémonie de sa monnaie. Une récession frappera alors l’Atlantique, mais aussi le “Vieux Continent”, qui, comme toujours, souffrira plus que l’Oncle Sam.

Dans ce cas, si le dollar finit par toucher le fond, la planète connaîtra une crise plus grave et plus longue qu’elle ne l’a été en 2008-2009 ou même depuis 2020. C’est pourquoi, à moins que Washington et Pékin ne décident de poursuivre une stratégie suicide, cela n’arrivera pas immédiatement, incitant la Chine et les États-Unis à s’entendre coûte que coûte, y compris sur Taïwan.

Marc Touati, économiste, président d’ACDEFI Corporation et auteur de sept livres économiques à succès

Son nouveau livre, RESET II – Bienvenue dans le monde d’après, sera publié le 1er septembre 2022.

Maktuati

Vous pouvez également retrouver sa chronique vidéo sur sa chaîne Youtube

>> Achetez et vendez vos investissements (bourse, crypto-monnaies, or, etc.) au bon moment avec la newsletter d’analyse technique de Capital, Momentum. Utilisez le code promo CAPITAL30J maintenant pour un mois d’essai gratuit.

Leave a Comment

%d bloggers like this: