Gonet : Actualité des marchés au 23 août

Dow Jones -1,90 %, S&P 500 -2,13 %, Nasdaq -2,55 %, Russell 2000 -2,13 %, SOX -3,72 %, Euro Stoxx -1,93 %, SMI -0,64 %.

La semaine a mal commencé pour les haussiers, la Fed a réussi la semaine dernière et la nouvelle s’est répandue que les marchés comprennent que Jerome Powell et ses copains ne vont pas baisser la garde de sitôt. Les fonds fédéraux ont également prévu une autre hausse de taux de 75 points de base lors de leur réunion du 21 septembre. Les rendements obligataires ont augmenté suite aux discours de divers membres de la Fed, un effet négatif pour les actions de croissance et les géants de la technologie. Le taux 10 ans US est revenu à 3% et le spread 2/10 ans est passé à -29 points. Dans les circonstances actuelles, il est important de garder un œil attentif sur les rendements réels, le rendement ajusté de l’inflation sur le 10 ans américain, qui a augmenté de 35 points de base depuis le début du mois et se dirige vers des sommets plus élevés en 4 semaines pas en avant. Cette évolution pourrait faire baisser les valorisations des actions et les rendre moins attrayantes par rapport aux obligations. Nous devons également garder à l’esprit que la moyenne mobile à 200 jours du S&P 500 (SPX) a parfaitement fonctionné comme résistance la semaine dernière, ce qui ne peut être ignoré.

Sur un plan plus psychologique, la crise énergétique qui a secoué l’Europe semble avoir eu un impact sur le sentiment des investisseurs américains. Hier, Citigroup a fait la une des journaux avec sa prévision d’une inflation de 18,6 % au Royaume-Uni au début de l’année prochaine. On sait que l’hiver prochain sera très compliqué pour le vieux continent détourné par Vladimir Poutine. Pendant ce temps, le ministre saoudien de l’énergie a exprimé hier son inquiétude face à la déconnexion entre les marchés à terme et les marchés physiques du pétrole, suggérant qu’une baisse de la production pourrait être nécessaire pour la compenser. Le brut léger WTI est repassé au-dessus des 90 dollars le baril, près de 91 dollars ce matin, et on pourrait penser que l’Arabie saoudite ne souhaite pas descendre en dessous de 90 dollars le baril.

Les inquiétudes concernant la croissance mondiale reviennent sur le devant de la scène, la volonté apparemment inflexible de la Fed pour de nouvelles hausses de taux laisse le reste se produire, le séminaire de la banque centrale à Jackson Hole est soudainement plus important, Jerome Powell doit prononcer un discours vendredi, qui sera à double tranchant épée pour le marché, car elle donnera aux opérateurs et aux investisseurs une meilleure compréhension de la trajectoire des taux et des facteurs, leur permettant de recalibrer leurs anticipations si nécessaire.

Revenons à Wall Street avec notre première observation. Depuis son sommet de clôture de 200 jours le 16 août, SPX a rapporté 4,3 %. Il est toujours en hausse de 13,5 % par rapport à son creux du 17 juin. Par conséquent, rien ne doit être jeté, le monde ne s’est pas effondré. Pourtant, la tendance semble être négative, l’expiration des options américaines de vendredi dernier ayant déclenché un changement majeur dans le positionnement du marché, les courtiers conduisant désormais à une volatilité plus élevée après avoir contribué à atténuer l’évolution des prix. Les courtiers sont désormais pris dans des positions «short gamma» à mesure que les contrats dérivés expirent, les obligeant à vendre des actions lorsqu’elles baissent et à acheter des actions lorsqu’elles augmentent. L’indice VIX a progressé de 15,5% à 23,80 et il faut que cela continue, si cela continue, les produits structurés redeviendront attractifs. Les actions spéculatives que les petits exploitants agricoles ont achetées de manière agressive au cours des deux derniers mois (même des actions, les ETF de Cathie Wood, des titres liés à la crypto-monnaie, des actions d’entreprises technologiques non rentables) ont également amplifié les mouvements d’hier. Bientôt quelques jours. Pourtant, le volume sur le NYSE est resté limité, avec 10,97 milliards d’actions échangées.

La performance sectorielle de SPX reflète une large vente et un leadership baissier des grandes capitalisations. Les pertes dans chaque secteur variaient de 0,3 % (énergie) à 2,8 % (consommation discrétionnaire). Les secteurs de la consommation discrétionnaire, des technologies de l’information (-2,8 %) et des services de communication (-2,7 %) sont toujours à la traîne des principales actions à grande capitalisation.

Techniquement, bien que le S&P à 200 jours soit sa plus grande résistance (4318 points), le prochain support est à 100 jours, qui a évolué à 4090 points et clôturé à 4137 points la nuit dernière.

Sur le front des devises, l’USD/EUR a cassé la parité hier, la paire évoluant autour de 0,9906 ce matin. On ne peut s’empêcher de penser que non seulement le dollar américain est plus fort, mais que la monnaie unique européenne est également plus faible, luttant contre le franc suisse, qui se négocie en dessous de 0,96. Les prévisions de Morgan Stanley pour l’euro sont pessimistes, s’attendant à ce qu’il tombe à 0,97 $ ce trimestre. Selon Nomura, il pourrait chuter à 0,95 $ après septembre.

Liz Truss se prépare à accélérer un plan de dépenses d’urgence pour aider les Britanniques à faire face à la flambée des coûts énergétiques, selon Bloomberg. Le ministre des Affaires étrangères, qui est en tête des sondages pour remplacer Boris Johnson, devrait annoncer les mesures avant l’ajournement du Parlement le 22 septembre.

Aujourd’hui est le jour des indicateurs PMI d’août, en particulier ceux de la zone euro (10h00) et des États-Unis (15h45). De l’autre côté de l’Atlantique, il y a aussi les nouvelles données sur le logement et l’indice manufacturier de la Fed de Richmond (16h00).

Alcon rachète Aerie Pharma pour 770 millions de dollars. Zoom Video Communications a chuté de 8% après sa négociation trimestrielle. Ford confirme la suppression de 3 000 emplois de cadres. ISS soutient la gestion par Richemont du fonds activiste Bluebell. Selon Bloomberg, Musk demandera à un juge de rejeter la poursuite des actionnaires de Twitter. Il a également demandé au fondateur du réseau social, Jack Dorsey, de divulguer les documents. Palo Alto Networks a augmenté de 8% après l’annonce d’un compte et d’un fractionnement d’actions. Pfizer demande à la FDA d’autoriser une nouvelle version de son vaccin anti-Covid.

En Asie hier soir et ce matin, les indices étaient en baisse et la pression vendeuse ne s’est pas relâchée. Tokyo a fermé en baisse de 1,19 %, Hong Kong a perdu 1,41 %, Shanghai a perdu 0,16 % et Séoul a perdu 1,10 %. Les contrats à terme SPX ont chuté de 17 points et ont ouvert en baisse de 0,8 % en Europe.

Leave a Comment

%d bloggers like this: