Flashback | 14 août 2021 Tremblement de terre – Haïti, autre catastrophe : de nouvelles opportunités pour s’enrichir ?

Il semble que le Premier ministre de facto, Ariel Henry, compte sur l’avalanche de millions normalement disponibles dans une telle catastrophe pour mobiliser sa “troupe” prête à créer de nouveaux millionnaires.

La communauté internationale n’est pas indifférente au complot financier massif orchestré sous les présidences de René Préval, Michel Martelly et Jovenel Moïse, qui s’est soldé par le détournement/vol de 4,2 milliards de dollars au Fonds PetroCaribbean… ‘Haïti et bien d’autres observateurs étrangers, Il apparaît que toute la classe politique haïtienne est impliquée dans ces braquages ​​financiers.

Éditorial de l’Observateur haïtien

NEW YORK, mercredi 18 août 2021 ((rezonodwes.com)) — Le peuple haïtien continue d’endurer les catastrophes naturelles qui s’abattent sur le pays avec courage et calme, tandis que les autorités locales utilisent l’aide apportée au pays pour leurs intérêts par des pays amis. Suivant cette tendance, au lendemain du tremblement de terre du 14 août, les dirigeants devraient se contenter de se frotter les mains et de crier : C’est la fête ! Mais que ce dernier n’aille pas trop vite, car l’accord sur l’aide étrangère est sur le point de changer, si ce n’est pas déjà fait.

En effet, à la suite de cette dernière catastrophe, avec l’aide annoncée à Haïti, il semble que Taïwan, partenaire politique et diplomatique de longue date d’Haïti, ait signalé un nouveau paradigme dans la manière dont les gouvernements étrangers aident Haïti. Haïtien. Un pays qui a donné des millions de dollars au président d’Haïti dans le passé, sans la moindre inquiétude quant au fait que les fonds fournis ne serviront qu’à financer des projets individuels, la présidente de Taïwan a annoncé au nom de son peuple une aide de 500 000 dollars à Haïti, la somme est considérée comme insignifiante compte tenu de l’énorme demande causée par le dernier tremblement de terre. La taille du don taïwanais semble marquer un nouvel accord pour aider la République d’Haïti.

Bien sûr, depuis quelque temps, des sources diplomatiques dans la capitale haïtienne ont révélé que la communauté internationale a décidé de prendre des mesures concrètes pour éliminer les opportunités de corruption perpétrées par les décideurs politiques haïtiens. Selon une telle décision, l’aide en nature primera sur l’aide sous forme de ligne de crédit ou de toute autre facilité de crédit au profit de notre pays. Dans le cas des Américains, le financement des autorités haïtiennes passerait par l’USAID qui, au nom du gouvernement haïtien, est chargé de se débarrasser des prestataires de services..

En ce sens, la procédure n’est pas différente du système dans lequel les entreprises qui contractent avec le gouvernement haïtien perçoivent des cotisations au nom de l’État auprès d’organisations non gouvernementales (ONG) en tant que débiteurs. Se sentant humiliés par ce mode de fonctionnement, les dirigeants se sont donné beaucoup de mal pour convaincre les donateurs de réutiliser le staking, alors que les virements bancaires allaient directement sur des comptes à la Banque centrale de la République.

Compte tenu de l’ampleur des dégâts causés aux villes des provinces des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse par le séisme du 14 août, bien que temporaires, Les chiffres des pertes finales peuvent être exprimés en milliards, certainement pas moins de 5 milliards de dollars. Cela signifie que les 500 000 dollars américains donnés par la République de Taiwan à Haïti ne sont qu’une petite somme., personne ne peut faire grand-chose, juste un geste formel qui reflète la distance observée d’un groupe de dirigeants kleptomanes, qui a été confirmée par l’action mille fois. Cela prouve que malgré le silence des soi-disant États amis d’Haïti sur les nombreux abus, notamment financiers, de la part du pouvoir, notamment le condamné Jovenel Moïse, les gens s’en aperçoivent.

La retenue de fonds d’Haïti par Taïwan semble refléter une nouvelle attitude internationale à l’égard des relations avec les dirigeants de notre pays, et il y a lieu de craindre un arrêt Les rebondissements du scandale sont avant tout caractéristiques du gouvernement PHTKiste, notamment celui de Jovenel Moïse. Taïwan, en particulier, semble avoir connu individuellement le vol, la corruption et le manque de respect des fonds publics par nos dirigeants..

Si Taïwan avait pris l’habitude de faire des dons privés aux dirigeants haïtiens (par exemple : don de 100 000 USD à Aristide, à l’occasion de son élection à la présidence, en 1990), c’était surtout auprès de ces derniers que la générosité de ce pays asiatique a été affiché. Car lors d’un voyage à Taipei, les 20 millions de dollars reversés au prêtre démis de ses fonctions ont servi à financer la transformation de l’hôtel Simbi de Carrefour en “Simbi Hospital”, qui a été utilisé à d’autres fins.De toute façon, le projet n’a jamais pris forme. mais, Sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide, d’autres fonds, là encore apportés au pays par Taïwan, ont été virés sur le compte de Lafanmi Selavi, après que ce dernier soit la fondation défunte de ce dernier..

Encore une affaire de corruption. Sous le gouvernement de Michel Martelli, l’Uruguay a versé à Haïti 10 millions de dollars de réparations après que des soldats uruguayens de la MINUSTAH ont été accusés d’avoir abusé sexuellement d’un Haïtien de 18 ansLes victimes n’ont pas bénéficié de l’argent. Alors, Le premier ministre de l’époque, Laurent Salvador Lamothe, a déclaré que l’argent avait servi à financer les travaux de décoration (peinture) dans le bidonville des hauts « volets » à Pétion-Ville.

Par ailleurs, la communauté internationale n’a pas été indifférente au complot financier massif orchestré sous les présidences de René Préval, Michel Martelly et Jovenel Moïse, qui s’est soldé par le détournement/vol de 4,2 milliards de dollars du fonds Petro-Caribbean.aussi bien que Ces équipes ont perpétré de nombreux scandales de détournement de fonds et de corruptionAux yeux des amis en Haïti et de nombreux autres observateurs étrangers, il apparaît que toute la classe politique haïtienne est impliquée dans ces braquages ​​financiers.

revenir La communauté internationale ignore-t-elle les appels et les représentations de certains ministères en Haïti contre le maintien d’un système de tutelle financière pour les ONG ?. surtout, Après l’assassinat de Jovenel Moïse, la même équipe PHTKiste a monopolisé le pouvoir.

Au total, le dernier don de Taiwan de 500 000 dollars après le tremblement de terre du 14 août constitue un message clair pour les donateurs traditionnels d’Haïti. C’est pourquoi les pays fournissent de l’aide, notamment les États-Unis, la République dominicaine, le Chili, la Colombie, le Mexique, le Venezuela, etc. Comprend une variété de produits pharmaceutiques, de produits agricoles, de produits manufacturés et d’équipements sanitaires et industriels.

Il semble que le Premier ministre de facto, Ariel Henry, compte sur l’avalanche de millions normalement disponibles dans une telle catastrophe pour mobiliser sa “troupe” prête à créer de nouveaux millionnairesComment expliquer autrement l’indifférence des dirigeants haïtiens face aux victimes du séisme. Surtout après plus de trois jours après que trois départements à travers le pays ont été touchés, et que la grande majorité des victimes se trouvent toujours sous les décombres de maisons et d’immeubles effondrés ?

Pour le peuple haïtien, le tremblement de terre représente une nouvelle opportunité d’enrichissement illicite, compte tenu des attitudes traditionnelles des dirigeants.Cependant, ces derniers devraient saisir l’opportunité non seulement d’admettre ouvertement leurs fautes, mais surtout de se retirer pour faire place à d’autres en qui le pays peut avoir confiance. Le seul geste qui puisse changer l’attitude de la communauté internationale !

Éditorial de l’Observateur haïtien
18- 25 août 2021

Leave a Comment

%d bloggers like this: