“Entre Animoca Brands et Darewise, c’est une lune de miel”

Après des semaines de tests, Darewise Studios bouclera fin septembre la première saison de la version alpha de son jeu tant attendu Beyond Life. Le PDG du studio, racheté à 70% par Animoca Brands en mars, s’est montré confiant quant à la vente du terrain lors d’une table ronde.

JDN. Quels ont été les premiers retours d’utilisateurs depuis le lancement en juillet de votre MMO Life Beyond Alpha Saison 1 ?

Benjamin Charbit, PDG et co-fondateur de Darewise. © oser

Benjamin Shabit. Nous approchons des 20 000 joueurs et 1 000 DAU (utilisateurs actifs quotidiens, ndlr)très positif. Le taux de satisfaction est énorme. Bien sûr, nous avons beaucoup de bugs, nous avons fait beaucoup de mises à jour, de correctifs. On a encore 40 000 personnes sur Discord et on a trouvé des gens qui sont aussi gamers, intéressés ou curieux des cryptomonnaies et ça c’est déjà un public énorme !

Life Beyond est souvent appelé le jeu Web3. Est-ce une définition pertinente ?

Il faut être honnête et réaliste, il n’y a pas tellement d’éléments pour briser la chaîne. Aujourd’hui, cela reste une technologie plutôt inefficace pour les opérations en temps réel, simultanées et à grande échelle. Il n’y a pas de logique de jeu en chaîne, seulement la propriété et l’échange de valeur. Nous sommes sur Polygon et nous entretenons de très bonnes relations avec eux, mais notre intention à moyen terme n’est pas d’être à 100% en chaîne.

“Nous voulons que les joueurs soient pleinement propriétaires de leur contenu”

Pourquoi la propriété et les transactions sont-elles importantes dans les jeux ?

Nous sommes partis avec l’idée de créer un MMO (massivement multijoueur en ligne) où nous pouvons être qui nous voulons. Nous sommes tous des joueurs, au fil de notre expérience nous sommes devenus des chefs de guilde, certains ont créé des entreprises… Pour nous ce ne sont pas que des jeux, ce n’est pas que du divertissement, mais il n’y a pas de notion de propriété. Il y a peu de place pour l’innovation et l’entrepreneuriat. Juste avant Life Beyond, j’étais directeur créatif chez Ubisoft : j’ai travaillé sur Assassin’s Creed, j’ai fait beaucoup de mondes ouverts, et mon partenaire était le lead tech de Tom Clancy pour The Division. Nous avons amené beaucoup de gens, tous prêts à construire un MMO hybride qui a le potentiel d’être un véritable jeu de rôle : c’est-à-dire un homme d’affaires, un agriculteur, mais pas nécessairement un héros. Nous voulons que les joueurs s’approprient pleinement leur contenu : “Tout ce que je fais dans le jeu m’appartient.” Je peux en faire ce que je veux, comme le vendre à d’autres joueurs pour de l’argent réel. Si je fais pousser des carottes, je peux les vendre.

Capture d’écran du jeu Beyond Life. © oser

Comment la blockchain et la technologie NFT facilitent-elles ces mécanismes ?

CLIC : Nous essayons de construire un système de contrat dans le jeu, qui permette de donner des ordres de quête à d’autres joueurs. Écrire du code est assez ennuyeux car chaque fois que nous voulons un nouveau type de commande, nous devons développer un nouveau contrat. En explorant, j’ai découvert les contrats intelligents, et j’ai appris qu’ils permettent la composabilité : n’importe qui peut créer son service, et son contrat intelligent communique avec notre jeu. Notre objectif est de permettre aux joueurs de créer. Nous croyons à l’ère du no-code : nous voulons créer des outils. L’idée est de permettre à nos joueurs de devenir développeurs dans une interface simplifiée. La transition vers la blockchain est naturelle quand on pense que cela rend notre travail très facile. Il y a des frictions internes sur la technologie et ce qu’elle peut incarner : impacts écologiques, arnaques, etc. Nous avons dû rationaliser nos décisions sur le sujet, mais nous avons abouti à une conclusion satisfaisante.

“Notre ronde de financement pour l’achat de terrains est terminée avant même d’avoir commencé”

Les joueurs ont souvent montré de la réticence envers les NFT dans le passé. Est-ce une peur pour vous ?

J’ai vu la version gratuite du film : des entreprises comme Supercell ou Riot rendent les joueurs moins offensés par ce modèle économique. Nous avons la même approche : je veux que les gens arrêtent de parler de Web3, de crypto-monnaies, de portefeuilles, etc. Je veux que les gens viennent jouer parce que c’est amusant, et quand vous vous connectez à At Life Beyond aujourd’hui, vous n’avez pas besoin de posséder des NFT ou des crypto-monnaies. On peut prendre le temps d’éduquer, on contribue un peu à l’écosystème, mais je préférerais l’écosystème pour faire en sorte qu’il ne soit plus nécessaire de savoir créer des wallets etc… La solution à tout ça c’est de construire un expérience de qualité, surtout dans un marché baissier. Je pense que le marché baissier est formidable parce qu’il est nettoyé. Pour les personnes sérieuses et à long terme comme nous, nous construisons. Soit dit en passant, l’industrie a une super ambiance en ce moment.

Vous avez également un tour de financement avec un investisseur privé pour acheter le terrain de Life Beyond. Pourquoi passez-vous par cette étape ?

Mon but n’est pas de gagner de l’argent. Par exemple, sur cette tournée avec un approvisionnement très limité, il n’y a pas de réductions. En fait, le seul avantage de ces investisseurs est de sécuriser leur position. Ils ne paient pas moins, et c’est exprès, ce qui n’est pas un avantage que nous voulons donner. Cette ronde de financement a été bouclée avant même d’avoir commencé. Je continue à parler à toutes les personnes présélectionnées pour voir combien elles veulent mettre et comment nous allons répartir tout cela parce que je veux être bon entre les investisseurs traditionnels, les investisseurs crypto, les ambassadeurs, les leaders d’opinion clés, les guildes, entreprises Un équilibre des DAO… un équilibre pour qu’une fois le jeu lancé sur le marché libre, un public plus large soit intéressé et comprenne qu’il existe une légitimité. Sans établir une première couche de confiance, il est difficile d’entrer sur les marchés publics du jour au lendemain.

“Le marché baissier est génial parce qu’il est nettoyé”

Life Beyond recevra des jetons. Comment vous positionnez-vous face à des préoccupations réglementaires de plus en plus axées sur la rentabilité ?

Nous soutenons la réglementation, pas seulement DareWise, mais Animoca en général. La réglementation est une bonne chose, le problème est la surréglementation et la sous-réglementation. La réglementation elle-même peut renforcer la confiance, tout comme un marché baissier élimine les mauvais acteurs. Nous ne sommes pas des promoteurs du “gagner de l’argent” au sens le plus traditionnel. Nous sommes plus intéressés par le “jouer pour posséder” : plus vous jouez, plus vous créez de la valeur… Le “jouer pour posséder” est plus amusant car c’est la propriété qui compte, certaines personnes peuvent acquérir une propriété en achetant, d’autres peuvent En jouant. Les jetons ne seront pas vendus : les deux seules façons de les obtenir sont de posséder un terrain ou de jouer.

Animoca Brands a acquis une participation de 70 % dans Darewise en mars dernier. Votre valeur est de 50 millions de dollars. Avez-vous ressenti une pression supplémentaire depuis cette acquisition ?

Au lieu de cela, c’était un peu une lune de miel pour nous. Nous n’avons jamais été vendeurs. Nous le faisons parce qu’il y a un lien culturel très fort. On construit la Serie A et ça se passe très très bien quand Sébastien Borget (Co-fondateur de Sandbox) Présentez-moi à Xiao Yi (Co-fondateur d’Animoca) Octobre 2021, J’ai été vraiment frappé par l’humilité des gens d’Animoca alors que l’entreprise était déjà partout. Ce sont des gens très réalistes sur l’état de la technologie, déterminés à redistribuer les cartes. En fait, nous voulons être avec eux, naviguer sur leurs bateaux et profiter de leur expertise. Ce n’est pas un conglomérat qui nous fixe des objectifs, c’est une plateforme qui peut nous aider. Ils nous font beaucoup confiance et sont prêts à nous ouvrir des portes.

Quels sont vos plans pour la fin de la saison Alpha 1 ?

Il se termine fin septembre. Une grande fête sera organisée pour fêter cela. Ensuite, nous reviendrons au développement, pas seulement à UnReal (Moteur graphique, NDLR) Mais je ne peux pas en dire plus. Nous commencerons à vendre des terrains en novembre, mais la mise en circulation de l’offre, soit 130 000 terrains, sera vraiment liée au gameplay. Notre ordre de grandeur est en années. L’objectif est d’entrer dans la saison 2 en 2023, qui se concentrera sur des choses très différentes : la terre, les bâtiments, l’économie et la gouvernance. Life Beyond est aussi pour nous l’occasion de tester de nouveaux modèles de gouvernance et économiques. Les propriétaires fonciers pourront également voter sur la direction choisie. C’est la beauté du Web3 : nous ne prenons pas de décisions dans un coin.

L’ancien partenaire de Lazard, Benjamin Charbit, s’est tourné vers sa passion pour les jeux vidéo en 2013, notamment chez Ubisoft en tant que directeur créatif du jeu Assassin’s Creed. En 2018, il a cofondé Darewise avec son partenaire Samuel Kahn.

Leave a Comment

%d bloggers like this: