Desjardins s’attend à ce que le Canada entre en «récession mineure» au début de 2023

Les économistes de Desjardins s’attendent à ce que l’économie canadienne se dirige vers une “légère récession” au début de l’année prochaine alors que les taux d’intérêt augmentent pour maîtriser l’inflation, ainsi que des “signes de ralentissement” et se multiplient dans l’économie mondiale. NOUS.

Publié le 25 août

Martin Valéries

Martin Valéries
nouvelles

Dans leurs dernières perspectives publiées jeudi, les économistes de Desjardins disent maintenant s’attendre à ce que l’économie canadienne croît d’à peine 0,3 % du PIB réel l’an prochain.

Si cela s’avérait vrai, il s’agirait d’un ralentissement significatif jusqu’à une quasi-stagnation après une prévision de croissance annualisée d’environ 3,4 % en 2022.

L’économie canadienne n’est pas à l’abri des tendances mondiales. La croissance du PIB réel de certains pays a été révisée à la baisse pour 2022, en particulier 2023. Cela touche particulièrement les États-Unis, où le PIB réel a chuté pendant deux trimestres consécutifs, et certains pays de la zone euro touchés par les retombées de la guerre en Ukraine et les prix se sentent mal.

Extrait de la mise à jour des perspectives de l’économiste Desjardins

Les économistes de Desjardins ont noté que les principales banques centrales, dont la Banque du Canada, “relèvent agressivement les taux d’intérêt pour contrôler l’inflation. Les secteurs sensibles aux taux d’intérêt sont particulièrement touchés, en particulier le marché de l’habitation”.

En conséquence, ils prévoient que « l’économie canadienne devrait maintenant connaître une légère récession au début de 2023. La croissance du PIB réel devrait ralentir et se contracter au cours des deux premiers trimestres de 2023 ».

Du côté positif, “ce ralentissement de l’activité économique devrait être de courte durée compte tenu du bon démarrage du marché du travail et de la probabilité que la Banque du Canada commence à réduire ses taux au second semestre de 2023”.

Au Québec?

“Après un bon début d’année, les signes d’essoufflement de l’économie québécoise se multiplient”, notent les économistes de Desjardins.

Toutefois, « le Québec devrait s’en tirer plutôt bien que les autres grandes provinces en raison de certains facteurs favorables.

Par conséquent, les économistes de Desjardins s’attendent à ce que la croissance du PIB réel du Québec ralentisse à 0,5 % en 2023 après 3,7 % pour l’ensemble de 2022.

En Ontario, en revanche, la croissance du PIB réel devrait maintenant n’être que de 0,1 % en 2023, avec un ralentissement marqué après 2022, avec un compte final d’environ 3,4 %.

Quels sont ces facteurs favorables pour le Québec par rapport aux autres provinces ?

D’abord, selon les économistes de Desjardins, « le marché du travail québécois est l’un des plus tendus au Canada, ce qui favorise une plus forte croissance des salaires. employés que possible. »

Deuxièmement, « le Québec a le taux d’épargne le plus élevé au Canada, ce qui donne aux ménages une marge de manœuvre suffisante pour absorber la hausse du coût de la vie et des taux d’intérêt.

Enfin, « l’abordabilité du logement au Québec s’est moins détériorée qu’ailleurs, la correction du marché de l’habitation ne devrait donc pas être aussi brutale qu’en Ontario et en Colombie-Britannique ».

Faits saillants des prévisions économiques de Desjardins
(moyenne annuelle)

croissance du PIB réel

  • Québec : 0,5 % en 2023, 3,7 % en 2022
  • Canada : 0,3 % en 2023, 3,4 % en 2022
  • Ontario : 0,1 % en 2023, 3,2 % en 2022
  • États-Unis : 0,4 % en 2023, 1,6 % en 2022

croissance de l’emploi

  • Québec : 0,6 % en 2023, 2,6 % en 2022
  • Canada : 0,7 % en 2023, 3,7 % en 2022
  • Ontario : 0,6 % en 2023, 4,6 % en 2022
  • États-Unis : 0,8 % en 2023, 4,1 % en 2022

taux de chômage

  • Québec : 5,2 % en 2023, 4,4 % en 2022
  • Canada : 6,2 % en 2023, 5,3 % en 2022
  • Ontario : 6,7 % en 2023, 5,6 % en 2022
  • États-Unis : 4,5 % en 2023, 3,6 % en 2022

Source : Département des études économiques de Desjardins

Leave a Comment

%d bloggers like this: