Crises énergétique et immobilière, chute des stocks de métaux précieux

Le raffineur Nyrstar NV a annoncé cette semaine que son usine néerlandaise était en maintenance indéfinie. La flambée des coûts de production due à la crise énergétique n’assure plus la rentabilité des opérations. Les coûts de production sont plus élevés que de tout arrêter. Avec cette seule usine fermée, l’industrie devrait perdre 315 000 tonnes de capacité de production de zinc par an.

Le zinc a atteint des sommets après un net recul cet été aux nouvelles :

Avec une offre aussi réduite, les stocks du LME pourraient encore baisser, rendant plus dangereux le contrôle des prix sur le marché à terme.

Plus tôt ce mois-ci, Glencore a averti que presser Concernant la capacité de production de zinc en Europe. La production a chuté de 47 500 tonnes par rapport à la même période l’an dernier, et ce n’est que le début. En raison de l’arrêt des centrales européennes, et précisément à cause de la hausse des prix de l’électricité, on peut s’attendre à une baisse significative du métal disponible d’ici la fin de l’année.

La crise énergétique s’intensifie sur tout le continent. Les prix du gaz naturel continuent d’augmenter. Aux Pays-Bas, le contrat à terme sur le gaz naturel de septembre a atteint un nouveau sommet cette semaine :

Le coût des contrats à terme sur l’électricité en Allemagne et en France a atteint de nouveaux sommets. Les prix en Allemagne ont doublé depuis juin. Les factures d’électricité en Europe sont dix fois supérieures à ce qu’elles étaient il y a deux ans !

La situation a poussé les prévisions de récession à leur plus haut niveau depuis la crise du Covid-19. Le virus a paralysé l’économie et la hausse des prix de l’énergie pourrait désormais entraver l’activité économique en Europe.

La hausse des prix de l’énergie a rendu l’industrie du raffinage des métaux non compétitive sur le continent européen et menace de voir des secteurs industriels entiers quitter l’Ancien Monde. La production de zinc est au centre des préoccupations, mais d’autres métaux en souffriront sans aucun doute bientôt.

Autre métal qui a visiblement fondu en stock : le platine. Il ne reste que 124 000 onces dans la partie “enregistrée” des stocks du COMEX, alors que la demande de livraison au cours du dernier mois actif était supérieure à 130 000 onces. Si le raid se poursuit, le prochain mois actif (octobre) devrait voir les onces restantes éligibles à la livraison entièrement supprimées du COMEX.Alors le métal se retrouvera dans presser, plaçant les spéculateurs baissiers dans une position très inconfortable. La volatilité du platine devrait redevenir un sujet brûlant d’ici la fin de l’année !

Quoi qu’il en soit, les spéculateurs continuent de parier sur la chute des matières premières. Sur une base hebdomadaire, les données sur un ralentissement économique mondial soutiennent leurs paris à la baisse sur les contrats à terme.

Le risque d’un ralentissement économique s’étend désormais de l’Europe aux États-Unis en passant par la Chine.

La semaine dernière, la banque centrale chinoise a surpris les marchés en abaissant les taux d’intérêt directeurs pour endiguer un ralentissement du secteur immobilier, qui commence à peser sur la confiance et l’activité des consommateurs chinois. Le chômage des jeunes (16-24 ans) dans le pays approche désormais les 20%, et seule une intervention monétaire ou fiscale agressive pourra relancer le moteur chinois.

Comme la Chine, le marché immobilier américain est préoccupant. L’indice NAHB, qui mesure l’activité dans l’industrie, est en chute libre depuis huit mois consécutifs, la révision actuelle se rapprochant de plus en plus de ce qui avait été observé en 2007 :

Le taux d’intérêt américain à 10 ans est déjà trop élevé pour le marché, et quand on connaît l’importance de l’immobilier dans le cycle économique américain, on ne peut que s’inquiéter du dynamisme de l’activité outre-mer. Atlantique pour les prochains semestres. L’indice des nouvelles commandes a également chuté de 36 points à -29,6, tandis que l’indice des livraisons a chuté de près de 50 points à -24,1, indiquant une forte baisse des commandes et des livraisons.

Même si le pays devrait éviter une contraction ce semestre et sortir techniquement d’une récession, les premiers signes de ralentissement sont inquiétants et nécessiteront sans doute un ajustement de la politique monétaire actuelle.

Cependant, le ralentissement actuel s’inscrit dans un environnement beaucoup plus fragile qu’en 2007. Le nombre de prêts en souffrance est encore bien inférieur aux niveaux d’avant la crise financière. Bank of America n’est pas différente…

Cette fois, le système pourra-t-il résister au choc ?

Ou est-il possible que la baisse d’activité du secteur immobilier transforme un atterrissage en douceur espéré en une véritable récession ?

Ce problème n’est apparemment pas encore résolu. Avec une récession presque certaine en Europe, il est logique de voir le dollar américain bénéficier à long terme dans ce contexte. Aux États-Unis, le marché a également rebondi beaucoup plus qu’en Europe.

L’or reste sous pression en dessous de 1 800 dollars alors que l’euro clôture à nouveau au pair et que l’indice DXY atteint des sommets.

Profitant de la chute des prix, les banques centrales ont ajouté 59 tonnes nettes aux réserves mondiales d’or en juin. Les banques centrales ont continué d’accroître leurs positions en or depuis le début de l’année.

Cette banque centrale de l’inde Il a même ajouté 12,5 t d’or aux réserves en juillet – l’achat mensuel le plus élevé depuis septembre 2021 (18,7 t). Cela a porté ses réserves totales d’or à 781,3 tonnes, soit une augmentation de 27,2 tonnes depuis le début de l’année.

L’argent a commencé à surperformer l’or début août. C’est un signe positif pour l’industrie. Comme je l’écrivais la semaine dernière dans une newsletter réservée aux abonnés :

“Sur une base hebdomadaire, l’argent est revenu à un support inférieur à la cassure en juin. Si le faux effondrement est confirmé, alors l’argent a suffisamment d’énergie pour reprendre le sommet du marché haussier de manière très impulsive et contester son éventuelle cassure avant la fin de l’année. .

Le modèle harmonique haussier détecté dans notre annonce précédente a fonctionné. Le premier objectif haussier a été atteint cette semaine.

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, l’indice minier est corrélé à celui de l’argent (pour des raisons que nous expliquerons peut-être un jour…).

Si la corrélation est à nouveau respectée, cette tendance positive (à confirmer) est de bon augure pour la poursuite du rebond du secteur minier, malgré la faiblesse actuelle du secteur. “

Comme le platine, les stocks d’argent disponibles pour livraison se sont accélérés cette semaine. L’or a également été impliqué dans ce raid sur les stocks de métaux précieux du COMEX. Le rythme auquel les stocks éligibles à la livraison disparaissent s’accélère.

Leave a Comment

%d bloggers like this: