Ce que dit une étude algérienne sur l’exploitation de Gara Djebilet

L’Algérie a achevé avec succès sa première extraction de minerai de fer de l’immense gisement de Gara Djebilet à Tindouf. Selon la province de Tindouf, où l’annonce a été faite, le premier lot de minerai sera transféré à des partenaires russes et chinois pour traitement à l’étranger.

Smain Kouadria, ancien député du complexe sidérurgique d’El Hadjar et syndicaliste, estime que “l’optimisation à 100%” de la mine de Gara Djebilet nécessite deux options : le traitement et l’enrichissement du minerai et le transport.

Il y a plusieurs années, un groupe d’experts de l’industrie sidérurgique algérienne, dont M. Kouadria, a étudié les options pour une exploitation optimale de la mine.

L’étude, présentée aux autorités de l’époque fin 2013, a été pilotée par l’ancien ministre de l’industrie Chérif Rahmani, qui a le “crédit” d’avoir “osé relancer le document” et d’y “avoir cru”. Des experts algériens”, ont déclaré Smain Kouadria, qui a révélé les résultats de l’étude.

| A lire aussi : L’Algérie commence par une utilisation “réussie” de Gara Djebilet

Quant aux options de transport, l’étude montre que l’exploitation du gisement de Gara Djebilet implique la mise en place d’une ligne ferroviaire pour transporter le minerai extrait.

Dans l’étude, les experts algériens ont souligné qu’il existe plusieurs options de transport. Le premier est le transport par bande transporteuse, c’est-à-dire les convoyeurs à bande.

“Cette option est impossible à plusieurs centaines de kilomètres”, et ils avaient tendance à opter pour la deuxième option lors de l’évacuation. Cela inclut la conduite sous pression.

Une option “théoriquement viable” mais qui nécessite un plan d’investissement complet pour apporter beaucoup d’eau à Gara Djebilet.

Possibilité de transporter des minerais par chemin de fer

Il existe une troisième option, le transport ferroviaire. Cela signifie établir une ligne de chemin de fer entre Gara Djebilet et Béchar pour le transport des minerais extraits.

« Le pays a choisi cette option dans le cadre du lancement de la première phase du projet », a désigné TSA Smain Kouadria. Il a révélé qu’un projet de construction d’un chemin de fer de 1 000 kilomètres a été lancé pour transporter le minerai brut de la mine de Gara Djebilet à Béchar pour traitement et transformation.

M. Kouadria a souligné que le projet de transport pour approvisionner en minerai de fer concentré les aciéries de l’ouest, du centre et de l’est est “au stade de la recherche”.

“Si l’on se réfère à la déclaration du ministre de l’Energie et des Mines lors du lancement du projet sur l’optimisation des grands projets pour atteindre une production annuelle de 20 millions de tonnes de minerai à moyen terme. De ce point de vue, le ferroviaire sera un facteur déterminant pour le développement socio-économique de toute la région, ainsi que le transport des sites industriels existants (Tosyali, Aciérie du centre, Bellara, El Hadjar) », souligne Smaïn Kouadria.

2400 kilomètres de voies ferrées à construire

Il estime que 20 millions de tonnes d’enrichissement et de boulettes seront expédiées entre la mine et Béchar, et 16 millions de tonnes de boulettes seront expédiées entre le site de Béchar et les clients.

“Le moyen de transport à prévoir est le rail à grande vitesse, avec des trains d’un poids unitaire aussi élevé que possible, suivant la pratique de l’Australie, du Brésil et de la Mauritanie. Selon Smaïn Kouadria, un seul rail lourd, sur lequel circulent de longs trains pour transporter de grandes quantités de fret », faire avancer la recherche en Algérie.

| A lire aussi : Gisement de Gara Djebilet : le projet est-il réalisable ?

Ainsi, 2 millions de tonnes de minerai peuvent être acheminées vers Bethioua, où se situe le complexe de Tosyali, 1 million de tonnes vers Sidi Moussa, où se situe l’aciérie centrale, 6 millions de tonnes de minerai vers le complexe de Bellara (Jijel), 2 millions de tonnes tonnes de minerai au complexe El Hadjar à Annaba.

Enfin, 5 millions de tonnes seront expédiées au terminal ferroviaire d’Åland pour l’exportation.

“L’acheminement de 8 millions de tonnes de pellets à Bellara et El Hadjar peut être assuré de deux manières. La première : par train lourd entre Béchar dans le port construit à proximité du nœud ferroviaire (Oran) puis par bateau vers les ports de Djendjen et Annaba, et prendre des trains de minerai (type Ouenza) entre ces ports et usines », suggère de faire des recherches, révélant encore Smain Kouadria.

Le second : le train lourd entre Béchar et Bellara, via le nœud ferroviaire (Olam), 2 millions de tonnes à acheminer par trains minéraliers type Ouenza jusqu’à El Hadjar.

« Dans cette variante (transport ferroviaire), la longueur de la ligne lourde à construire est de 2 400 km (voie principale uniquement) », Algeria Research Advances.

Les détails sont les suivants : 850 km entre Gara Djebilet et Béchar, dont 20 millions de tonnes de minerai brut passeront, 750 km entre Béchar et le nœud ferroviaire (Oran), 16 millions de tonnes de pellets passeront, 800 km entre la voie ferrée jonctions (Oran) et Bellara, 8 millions de tonnes de pellets transiteront par ce tronçon.

Veuillez noter qu’il existe une ligne de chemin de fer entre Ramdane Djamel et Bellara. “Le projet de transport de minerai et de pellets est une partie importante du développement du projet de développement et d’exploitation à grande échelle de Gara Djebilet”, indique l’étude.

Leave a Comment

%d bloggers like this: