CAC 40 : La récession qui s’annonce fait plonger à nouveau le CAC 40 et les prix du pétrole

(BFM Bourse) – L’indice parisien a clôturé en baisse de 0,19% à 6 210,22 mardi, pénalisé par un indicateur américain qui a ravivé les inquiétudes sur l’inflation. Le pétrole plonge également.

Il n’y a quasiment pas de rebond. Alors qu’il a été récompensé de 1,3% au cours de la séance, le CAC 40 a clôturé mardi sur de nouvelles pertes, sa quatrième baisse consécutive, cédant 0,19% à 6 210,22.

Le changement a eu lieu dans l’après-midi, après la publication de l’enquête américaine sur les postes vacants, connue sous le nom de Jolts (“Jobs and Labor Survey”). Selon le département américain du Travail, il y avait 11,24 millions de postes vacants en juillet, contre 10,3 millions prévus par les économistes, selon un consensus cité par CNBC.

“Les taux d’intérêt à court terme américains se sont redressés à la suite de l’enquête Jolts, atteignant leurs plus hauts niveaux depuis 2007”, a déclaré Alexandre Baradez, analyste de marché chez IG France, ajoutant que les données “suggèrent que la hausse des salaires se répercute sur les prix”. et donc au marché au sens large.” Dans un contexte de risques d’inflation, le marché du travail reste dynamique.”

Tensions entre Taïwan et la Chine

L’analyste a également souligné les tensions entre la Chine et Taïwan comme raison du ralentissement du marché. Taipei et Pékin se sont âprement affrontés au sujet de la récente vague d’incursions de drones chinois dans les îles Kinmen de Taïwan, le président taïwanais promettant mardi “de fortes contre-mesures”.

De plus, les marchés commencent à réaliser que les grandes banques centrales sont prêtes à plonger l’économie dans la récession pour lutter contre l’inflation. “De récentes déclarations de banquiers centraux suggèrent qu’ils ne sont pas dérangés par l’idée que ce soit le prix à payer”, a noté Alexander Ballardez. L’économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), Philip Lane, a expliqué mardi sur la chaîne de télévision espagnole TVE qu’il n’excluait pas une récession technique légère et temporaire dans la zone euro.

Dans les indicateurs européens, l’inflation allemande a recommencé à augmenter en août, passant à 7,9% sur un an contre 7,5% le mois précédent, selon les données provisoires publiées par l’agence de statistiques Destatis.

Le pétrole chute

Ailleurs, l’euro a augmenté de 0,2 % à 1,0019 $. Les contrats pétroliers subissent un ajustement brutal au milieu des craintes de récession et des restrictions majeures dans la région chinoise de Pékin, qui applique toujours une politique de “zéro épidémie”, ce qui l’amène à prendre des mesures drastiques pour endiguer la pollution.

Le Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a chuté de 5,7 % à 99,06 $, tandis que le brut américain pour livraison en octobre a chuté de 5,6 % à 91,56 $.

En valeur, les actions des groupes pétroliers et parapétroliers se sont déchaînées alors que le prix de l’or noir a chuté. CGG baisse de 5% et Totalenergies baisse de 3,6%.

Sanofi a augmenté de 1,5 %, l’autorité sanitaire américaine (FDA) ayant accepté un examen prioritaire de sa demande de licence de produit biologique liée à l’efanesoctocog alpha (co-développé avec Sobi) pour le traitement de l’hémophilie A.

Orpea progresse de 1,8% après s’être engagé à rembourser certaines aides publiques indûment obtenues.

Le rendement partiel de Carrefour de 2,7% a sanctionné la dégradation de JPMorgan, désormais neutre par rapport à la précédente surperformance.

Parmi les petites et moyennes capitalisations, Poxel progresse de 5,8% alors que la biotech a annoncé mardi les premiers résultats positifs d’une étude de phase II évaluant son candidat médicament PXL065 pour le traitement de la “maladie du soda”. Afyren progresse de près de 6%, et Clermont “Green Tech” vient d’annoncer la signature de contrats stratégiques avec deux sociétés sur les marchés des cosmétiques et des compléments de santé.

Julien Marion – ©2022 BFM Bourse

Leave a Comment

%d bloggers like this: