Après le déclin de Facebook et TikTok, quel est l’avenir du shopping en direct ?

Quelle est la valeur du shopping en direct en Europe ? Zoom sur ce registre des ventes, malgré le retrait récent de Facebook ou TikTok, une martingale risque d’être trouvée avec l’aide de certains consommateurs…

Bien sûr, il a généré des millions de vues et de RMB en Chine. Cependant, Facebook et TikTok ont ​​​​annoncé cette année qu’ils prenaient du recul par rapport à l’une des façons les plus prometteuses de magasiner à ce jour. Juste glissé, les applaudissements de la fin du shopping en direct sont-ils déjà arrivés ? Nous avons posé cette question à l’un des pionniers français, Antoine Olive. Le vice-président du magasinage en direct de Skeepers détaille le fonctionnement de l’Ouest et partage ses prédictions pour l’avenir des types de vente au détail uniques.

Facebook abandonne le live shopping au profit de Reels, TikTok abandonne le live shopping en Europe… Comment analysez-vous ces mouvements de marché ? Cela prouve-t-il que le succès du registre en Asie ne peut être reproduit en Occident ?

Antoine Olivier : En Asie, le marché est dominé par des super applications telles que Taobao, Alibaba et Douyin, qui se concentrent sur divers modèles d’utilisation de l’ensemble du public asiatique. En Occident, le public est plus dispersé et dispersé. Les destinations d’achat sont diverses, allant des sites Web de marque aux plateformes multimarques. Les médias aussi. Et quand il s’agit de réseaux sociaux, ses usages sont aussi “professionnels” : on s’informe sur Twitter, on s’amuse sur TikTok, on communique avec des amis sur Facebook, on trouve l’inspiration sur Instagram, etc.

Malgré ses efforts, Facebook n’a jamais réussi à se présenter comme une destination de shopping. C’est un médium occasionnel. En ce sens, je ne suis pas surpris – du moins, pas autant que TikTok. Ici, je pense que c’est plus un problème de rétention. L’expérience utilisateur de TikTok encourage le divertissement ultra-rapide grâce à des instantanés de contenu et à un défilement infini, par opposition aux achats en direct, qui sont conçus pour retenir l’attention des téléspectateurs de plus en plus longtemps.mais Je pense que TikTok fera son grand retour avec des briques e-commerce adaptéesnous marquons les produits sur des mini-vidéos avec la logique de démocratisation – pas de qualifications et de qualité, en tout cas, comme nos clients le recherchent en occident.

Les réseaux comme Instagram ont un plus grand potentiel de shopping en temps réel en termes d’organisation de leur ADN, de lignes éditoriales et d’applications. Un fil découverte, un menu dédié au e-commerce… aux US, la fonctionnalité checkout permet de payer sans quitter la plateforme. Bas, 44% des spectateurs d’Instagram effectuent une transaction par semaine !

©Instagram

Faut-il alors dire que seule l’Asie a un avenir pour ce marché ? Ce n’est pas l’avis d’eBay, qui continue de déployer le live shopping pour les transactions à forte valeur ajoutée, de la brique de shopping en direct de Pinterest, et même d’Amazon, qui relance Amazon Live, un projet abandonné en 2017… de notre côté, At Skeepers, nous voyons l’audience de nos clients augmenter et diffuser en direct après diffusion.

Le shopping en direct concerne la crédibilité éditoriale et l’engagement de la communauté, pas la taille de la marque.

En termes de chiffres, pouvez-vous nous donner des ordres de grandeur, exactement ?

bureautique : Nous avons lancé notre campagne en septembre 2019. Début 2020, nous avons eu nos premiers clients. Nous en avons une centaine aujourd’hui. En 2021, nous diffuserons plus de 600 lives. Et d’ici 2022, il triplera, également parce que le taux de répétition des clients de diffusion augmente.

20% de nos clients le font aujourd’hui Plus de 1000 téléspectateurs par diffusion en direct – En 2021, ils sont compris entre 2% et 5%. Les rediffusions sont également importantes. Mais cela ne se fait pas en J1.tu dois savoir Engagez la communauté avec une forte crédibilité éditoriale. Cela n’a rien à voir avec la taille de la marque. Les équipes ont une courbe d’apprentissage. Comment augmenter le taux de conversion ? Comment être plus incisif ? et beaucoup plus. En Europe, nous avons réalisé une transformation de 10 à 12 %. Mais en Asie, ils culminent à 40 % ou 60 % ! Par exemple, Micromania a pu générer un chiffre d’affaires journalier de plusieurs dizaines de milliers d’euros en seulement 45 minutes de temps de transfert. Evidemment, ce ne sont pas les milliards enregistrés par le marché asiatique, mais c’est tout de même une vraie performance pour notre territoire.

Que recherchent les commerçants en magasinage sur place ?

bureautique : Les achats sur place permettent aux détaillants d’expédier en ligne Découvrez la marque d’une manière plus chaleureuse – À une époque où les marques réduisent leur base de magasins et augmentent considérablement leurs objectifs de commerce électronique. Les achats en temps réel vous permettent de vous engager et de vous engager avec votre public, rendant le parcours numérique plus humain basé sur la découverte de produits. Pour les 100 000 personnes qui sont restées quelques secondes sur mon site, comment seriez-vous sûr que les 100 autres personnes qui ont écouté mon commercial pendant 10 minutes pendant un livestream de 30 minutes – puisque c’est le taux moyen observé ? Les « super-amoureux » de ces marques ont une forte valeur médiatique et expérientielle.

C’est ainsi que les registres sont vendus sur notre place de marché aujourd’hui : un thème qui améliore l’expérience de vente, il stimule le CRM, il stimule la fidélité, ce qui aide à créer des communautés d’engagement sur les plateformes en ligne. -Les affaires, pas les médias sociaux.quand on sait Plus d’un navigateur sur deux passe moins d’une minute sur le site e-commerce d’une marquenous comprenons mieux les défis auxquels les commerçants sont confrontés pour attirer et fidéliser le trafic sur leurs sites.

Comment s’organisent-ils pour ces travaux ?

bureautique : Il ne s’agit pas de créer un Netflix de magasinage en direct en interne. Ce n’est pas la logique de production du type d’émission télévisée, beaucoup plus léger. Les détaillants, quant à eux, l’intègrent et l’intègrent dans leurs activités grâce à des ressources techniques, un community management, une gestion de projet dédiée, des corners de production en interne. Chez Decathlon, Monoprix, Micromania, IKKS… La méthode est industrielle, avec des mécaniques de rencontres, des incitations venues du monde physique : concours, cadeaux, promotions, etc.

© Petite Manie

Le dénominateur commun est l’authenticité et l’accessibilitéC’est ce que les publics recherchent pour prendre la parole, poser des questions, mieux comprendre le produit, technique et innovant. Il ne s’agit pas de donner l’impression de regarder une publicité super fluide. Car encore une fois, il s’agit d’un processus d’animation communautaire, pas de branding.

Je crois fermement au potentiel du shopping en direct sur Twitch, il partage les mêmes bases de la vidéo et du chat en direct, et sait comment créer une communauté forte.

Selon vous, quel est l’avenir du shopping en direct ?

bureautique : Je suis un grand partisan de Twitch.Parce que ce réseau utilise les médias vidéo et le chat en temps réel – qui est la base du shopping en temps réel – parce que Une communauté forte s’y est construite, du jeu à la politique, en passant par la cuisine et plus encore. C’est le renouveau de la télé en version DIY, avec de nouveaux créateurs de contenu réinterprétant à leur façon le code de la télé. Demain, si j’étais une marque culinaire, je serais sans doute intéressée à entrer dans cette communauté “foodie”… sans compter que Twitch appartient à Amazon ! Je pense qu’Instagram va continuer à se développer. L’initiative de Brut (note : Brut a annoncé une joint-venture d’achat en direct avec Carrefour) est également un signe positif. L’utilisation continuera d’être stable, notamment grâce aux contributions des créateurs de contenu.

Jusqu’à présent, les marques ont privilégié les diffuseurs internes : salariés, commerciaux, chefs de produits, responsables marketing, etc. Quelqu’un qui comprend vraiment le produit. A La Redoute, l’animatrice est chez elle et elle a peu de réputation. Le public la connaissait. Ou dans le cas de Micromania, la voix est incarnée par le présentateur de télévision Alex Goude. Ses flux sont bien accueillis par la communauté des joueurs sur Twitch. Pourquoi? Parce que le live c’est bien, d’autant plus que Goode est la bible vivante du jeu vidéo. Le public lui a fait confiance. Mais demain, les marques s’appuieront aussi sur les micro-influenceurs et les nano-influenceurs. C’est notre conviction. Nous travaillons dans ce sens, en utilisant des briques logicielles pour permettre aux entreprises d’aider ces personnes très professionnelles et fortes en engagement communautaire à réaliser des vidéos à domicile de manière totalement autonome.

“Aujourd’hui, le consommateur est le prescripteur. Demain, il sera le vendeur”, dites-vous…

bureautique : C’est un client d’opinion clé… ça se reflète chez ce nano-influenceur, ce micro-influenceur qui est un grand fan de la marque et qui veut contribuer à la création de contenu sur le réseau social. Comme un super vendeur Tupperware !

Je vous ai parlé plus tôt de la première tentative ratée d’Amazon aux États-Unis, et ils redémarrent aujourd’hui. L’une des raisons pour lesquelles le projet a été abandonné en 2017 était liée au montant réclamé par les grands influenceurs qui pouvaient facturer 50 000 $ par publication pour obtenir Amazon Live une audience de 100 ou 200 personnes. Les performances économiques sont clairement décevantes et la frustration est palpable. Mais avec cette approche actualisée basée sur cette génération de créateurs de contenu, Ce sont les micro-influenceurs super fans de la marquepour pouvoir venir devant la caméra et en parler comme tant de la nouvelle génération de Pierre Bellemares, je suis sûr que le shopping en direct sera énorme.

Leave a Comment

%d bloggers like this: